Santé

La technique de modélisation

La technique de modélisation fait partie de la théorie de l’apprentissage social de Bandura. Cet auteur postule que nous apprenons en observant les actions des autres et les conséquences qui en découlent.

Cet apprentissage par l’observation, également appelé apprentissage par le vicariat, est basé sur la l’imitation d’un comportement exécuté par quelqu’un qui sert de modèle.

Un tel processus se produit quotidiennement et prend une importance particulière dans l’enfance. Grâce à cette théorie, nous pouvons comprendre pourquoi les enfants font ce qu’ils voient et non ce qu’on leur dit de faire.

Mais, en plus d’être un processus d’apprentissage naturel, il peut également être utilisé comme technique thérapeutique pour modifier le comportement.

À quoi sert la technique de modélisation ?

La technique de modélisation a plusieurs fonctions :

  • Acquérir de nouveaux comportements qui ne font pas encore partie du répertoire comportemental de la personne. Par exemple, cette technique s’est avérée très efficace pour l’acquisition de compétences sociales.
  • les comportements désinhibiteurs qui n’ont pas été émis parce qu’ils étaient bloqués par la peur ou l’anxiétécomme c’est le cas pour les phobies. Ces problèmes ont été traités avec succès par l’individu qui a été témoin de la façon dont un modèle gère la situation redoutée sans en subir les conséquences négatives.
  • Inhiber les comportements excessifs ou indésirables. L’émission d’un comportement peut être modifiée si la personne est exposée à l’image d’un modèle subissant les conséquences négatives d’un tel acte.

Facteurs impliqués dans la technique de modélisation

  • Les caractéristiques du modèle. La technique est plus efficace lorsque le modèle nous ressemble par ses caractéristiques physiques et personnelles. Voir aussi nous avons tendance à imiter davantage les modèles que nous percevons comme prestigieux ou qui ont une certaine influence sur nous. Dans le cas des enfants, leurs principaux modèles seront leurs parents, leurs enseignants ou un frère ou une sœur plus âgé(e).
  • Les caractéristiques du sujet lui-même. Surtout s’il présente un certain déficit sensoriel (comme la cécité) ou s’il est dans un état de grande anxiété, il lui sera plus difficile de s’occuper de l’exécution du modèle.
  • La situation est également un facteur important. Elle doit susciter suffisamment de curiosité chez l’individu pour qu’il y prête attention. En outre il est plus courant de recourir à l’imitation si la situation est incertaine, inconnu ou a quelques difficultés.

Types de modélisation

  1. Actif ou passif. Dans le premier cas, la personne imite le comportement après l’avoir observé, tandis que dans le second, le comportement est acquis à un niveau cognitif, mais non exécuté.
  2. Modélisation participative ou non participative. Selon que l’observateur interagit avec le modèle, par exemple dans le cas des orthophonistes, ou qu’il se contente d’observer.
  3. De comportement objectif ou intermédiaire. En fonction de la difficulté, le comportement final peut être modélisé directement ou plusieurs étapes intermédiaires plus simples peuvent être modélisées.
  4. Modélisation positive, négative ou mixte. Dans le positif, on enseigne un comportement socialement approprié ; dans le négatif, on modélise un comportement perturbateur, et dans le mixte, on montre un de chaque type.
  5. Modélisation individuelle ou de groupeSelon qu’il y a un seul observateur qui apprend le comportement ou plusieurs.La technique de modélisation.
  6. Simple ou multiple. En fonction du nombre de modèles qui adoptent le comportement à acquérir. L’apprentissage est plus important dans le second cas, puisque l’observateur est exposé à différentes alternatives comportementales.
  7. L’auto-modélisation. Dans ce cas, la personne qui observe et celle qui modélise sont les mêmes. Cette technique a été utilisé avec beaucoup de succès pour traiter le mutisme sélectif, en utilisant l’auto-modélisation symbolique. La personne peut s’y observer en train de réaliser l’action par le biais de montages vidéo.
  8. Modélisation en direct, symbolique ou clandestine. Selon la manière dont le modèle est présenté, nous pouvons envisager une modélisation en direct (le modèle est présent), symbolique (le modèle est observé indirectement, comme dans un enregistrement vidéo) ou cachée (le comportement est appris en imaginant l’exécution du modèle).
  9. La maîtrise ou la modélisation de l’adaptation. Selon le degré de concurrence du modèle. Dans le premier cas, le modèle agit sans erreur dès le début, tandis que dans le second, il améliore progressivement ses performances. La modélisation de l’adaptation est plus efficace, car l’observateur peut s’identifier davantage.

Vous pourriez également aimer...