Santé

Les émotions que vous n’acceptez pas se reflètent dans vos enfants

La meilleure chose qu’une mère puisse faire pour son enfant est de prendre soin d’elle-même. Nous ne pouvons pas aimer correctement les autres si nous ne nous aimons pas d’abord nous-mêmes. C’est pourquoi ces émotions que vous n’acceptez pas et sur lesquelles vous ne travaillez pas finissent par se refléter dans vos enfants.

Les émotions que vous n’acceptez pas

Être mère n’est pas un travail facile. Nous devons jouer de nombreux rôles différents chaque jour et nous occuper d’un million de choses. Nous sommes des êtres humains, nous sommes fatigués, frustrés et parfois seuls ou épuisés.

À plusieurs reprises on nie ces sentiments, on les cache, car on ne veut pas montrer de faiblessenous ne voulons pas inquiéter nos enfants. Nous essayons d’entretenir la façade d’un 4×4 pour femme.

Nous enfouissons en nous ces peurs, ces angoisses, ces fardeaux et cette culpabilité. Pourquoi ? Parce que c’est ce que nous avons appris depuis notre enfance, parce que nous pensons inconsciemment que nous n’avons pas le droit de nous plaindre, parce que c’est un comportement automatique que nous remarquons à peine.

Cependant, les émotions que vous n’acceptez pas vous hantent et continuent à chercher des moyens de vous en sortir. Ainsi, il est probable que ces émotions refoulées se transforment en pleurs incontrôlables, en fatigue et même en maladie physique ou en symptômes.

Vos enfants sont votre miroir

Dans leur empressement à faire surface, ces émotions peuvent se refléter dans le miroir le plus aimant que nous ayons dans notre vie : nos enfants. Pendant la gestation, le lien émotionnel mère-fils est absolu ; il n’y a pas de séparation entre eux. Ce lien s’étend profondément jusqu’à l’âge de trois ans, l’enfant ressentant toutes les émotions de sa mère comme les siennes.

Depuis le biodécodage, il existe une théorie selon laquelle les enfants de moins de 14 ans ne tombent pas malades, mais reflètent les émotions mal gérées des adultes avec ceux qui vivent avec eux.

  • Si nous avons un nouveau-né très nerveux qui pleure souvent, il reflétera la nervosité et l’angoisse inexprimées de sa mère.
  • Si les parents vivent en se disputant ou laissent beaucoup de non-dits, l’enfant aura un problème de toux ou de gorge.
  • Lorsque la mère vit des situations qu’elle ne peut pas digérer, son petit lui montre avec des maux d’estomac ou des problèmes digestifs.
  • Une mère qui en a assez d’entendre des critiques ou des plaintes risque de les voir se refléter sur son bébé par des troubles auditifs fréquents ou des otites.
  • Un enfant atteint de bronchite ou d’asthme en cours de vie montrera qu’il y a un environnement toxique dans la maison.

Nos enfants sont le miroir qui projette en nous ce que nous refusons d’accepter. Leurs symptômes nous parlent toujours, nous donner des indices sur ce qui n’est pas géré correctement.

Que pouvons-nous faire ?

Ce point de vue ne vise pas à chercher des reproches, mais à nous faire rendre des comptes. Prendre conscience que nous pouvons éviter l’inconfort de nos petits.Les émotions que vous n'acceptez pas se reflètent dans vos enfants.

Tout d’abord, nous devons nous familiariser avec le fait d’être en contact avec nos émotions. Pouvoir s’arrêter et réfléchir à ce que nous ressentons à chaque instant, à la façon dont les situations nous affectent et accepter ces sentiments négatifs. Les voir, les intégrer et les embrasser, sans chercher à les nier. Ils sont là pour nous apprendre quelque chose, pour nous aider à changer notre approche de la vie.

Nous devons être prêts à de faire son autocritique et de modifier ses modes de pensée et de comportement que nous avons très profondément enracinée. Peut-être devrions-nous apprendre à pardonner plus vite ou à nous inquiéter moins. Quoi qu’il en soit, votre changement fera une différence pour la santé de vos enfants.

Suivant, nous devons avoir la ferme intention de nous consacrer à nous-mêmes. Trouver des moments pour être seul et faire des activités qui nous font du bien. N’oubliez pas que vous serez toujours une meilleure mère si vous êtes une femme heureuse.

Cela nous aidera à avoir un équilibre émotionnel et à faire face aux difficultés de manière calme et consciente. C’est-à-dire, avoir la possibilité de décider comment je veux me sentir par rapport à une situation. Pour pouvoir le gérer de manière mature et ne pas réagir comme si j’étais tiré par un courant.

Mais, si votre enfant tombe encore malade, demandez-vous : « Qu’est-il arrivé à mes émotions ces derniers jours ? » Quelles situations m’ont débordé, m’ont dérangé ou m’ont blessé ?. Lorsque vous prenez conscience du conflit et que vous commencez à le travailler en vous-même, votre enfant n’aura pas besoin d’y réfléchir et libérera son symptôme. Le meilleur cadeau que vous puissiez faire à votre enfant est de prendre soin de vous.

Vous pourriez également aimer...