Santé

Aspects juridiques des vaccins

[ad_1]

Les vaccins ont été l’une des grandes avancées de la médecine. Ils ont changé l’histoire de l’humanité en réduisant et en éradiquant les maladies. Aujourd’hui, ils constituent l’un des meilleurs outils de prévention et de promotion de la santé. Ils constituent l’un des outils les plus efficaces de la politique de santé publique.

Cependant, il existe des controverses sur les risques de la vaccination et sur le caractère volontaire ou obligatoire de celle-ci. Actuellement, un débat social actif a été lancé sur l’opportunité de la vaccination.

Ce débat implique plusieurs des concepts juridiques tels que le volontariat ou l’obligation, contre la nécessité de protéger le droit fondamental à la santé. Nous examinerons ci-dessous certains éléments pour en savoir plus sur les aspects juridiques des vaccins.

Cadre juridique pour les vaccins : informations

Dans le cadre légal des vaccins en tant que service de santé, l’un des aspects les plus importants est l’information. À cette fin, la notice du vaccin a été créée, qui constitue un instrument valable pour informer les patients, ou leurs parents dans le cas des mineurs, avant la vaccination.Les aspects juridiques des vaccins.

Toutefois, dans la pratique, ce sont les professionnels de la santé et les infirmiers des établissements de soins qui informent les patients ou les parents des risques et des avantages des vaccins. Ces équipes ont l’obligation d’assurer une information adéquate, en particulier aux parents qui ont des doutes ou ressentent une certaine méfiance.

L’objectif est de parvenir à une couverture vaccinale maximale. Pour ce faire, les professionnels doivent fournir aux parents des informations complètes et faciles à comprendre sur tous les vaccins que leurs enfants peuvent recevoir. Cela comprend tous les vaccins autorisés, qu’ils soient ou non financés par le NHS, et le calendrier recommandé pour les obtenir.

Consentement des parents

Pour les mineurs de 0 à 16 ans, ce sont les parents qui donnent leur consentement. En fonction de leur maturité, les personnes de plus de 12 ans doivent également être informées. Entre 16 et 18 ans, les mineurs doivent donner leur consentement à la vaccination, sauf dans les situations de risque où leurs parents ou représentants le font en leur présence.

Selon l’autorité parentale, les deux parents, ou l’un d’eux, ont la l’attribution du consentement, même s’ils sont distincts. Si les deux parents sont d’accord, il n’y a pas de problème.

Dans le cas des vaccins officiels, si l’un d’entre eux seulement se présente à la consultation, il est présumé le faire de « bonne foi », avec l’accord de l’autre. La situation est différente si l’autre parent a exprimé son désaccord, auquel cas il faut attendre la décision du juge.

Si c’est le cas les vaccins qui ne figurent pas sur le calendrier officiel, La vaccination entre dans la catégorie légale des « traitements médicaux non traditionnels ». Dans ce cas, le consentement des deux parents sera requis.

Les vaccinations devraient-elles être obligatoires ?

La question de savoir si les vaccins sont obligatoires ou non peut être considérée comme une question de droits individuels par rapport aux droits collectifs. La législation est différente dans chaque pays et, dans certains pays européens, certains vaccins sont obligatoires. En Espagne, il existe actuellement un consensus sur le fait que les vaccins ne sont pas obligatoires. Par conséquent, la vaccination est volontaire.Les aspects juridiques des vaccins.

Il y a de nombreux aspects éthico-juridiques à prendre en compte et un débat très actif a été suscité autour de cette question. Le succès des vaccins et l’élimination des maladies infectieuses graves qu’ils ont produites ont modifié la perception du risque qu’ont les parents.

Taux de vaccination

En effet, les maladies qui frappaient autrefois la population enfantine semblent si lointaines. Par conséquent, de nombreux parents ne considèrent pas le risque de ne pas vacciner leurs enfants et, au contraire, ont peur des risques liés à la vaccination.

Cette controverse sociale a été reflétée dans la législation, en termes de vaccination volontaire ou obligatoire. Le débat se concentre sur la nécessité de protéger les droits fondamentaux, tels que le droit à la santé par opposition à la liberté individuelle.

En Espagne, cependant, les taux de vaccination restent élevés par rapport à d’autres pays comme la France ou l’Italie. Dans ces deux pays, la vaccination obligatoire a dû être introduite en raison d’un déclin alarmant de la vaccination.

[ad_2]

Vous pourriez également aimer...