Santé

Trouble déficitaire de l’attention, fait ou fiction ?

Le trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) est peut-être l’un des troubles les plus controversés de notre époque. Peut-être, l’hétérogénéité du syndrome suggère qu’il peut s’agir d’un tiroir dans lequel il faut inclure les enfants à problèmes.

L’absence d’un critère unique par la communauté scientifique pour établir un diagnostic clair n’aide pas non plus. La médication actuelle ne garantit pas la guérison du patient, car l’origine ou les causes du trouble ne sont pas claires.

Le traitement, dérivé de méthamphétamines ou de drogues dites stimulantes telles que le Ritalin, finit par être un patch pour traiter les symptômes. Le TDAH est-il donc un fait ou une fiction ?

Évolution historique du trouble déficitaire de l’attention : de la réalité au mythe

Historique du trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité

Pour rechercher les origines de l’étude de la maladie, il faut remonter à la première moitié du XXe siècle. À cette époque, divers membres de la communauté scientifique ont tenté de décrire et de classer la maladie.

Ils englobent les les enfants qui ont des difficultés de concentration, de l’agitation, de l’irritabilité et de l’impulsivité. Ils l’ont appelé dysfonctionnement cérébral minimal ou syndrome post-encéphalique, sans jamais avoir souffert d’encéphalite.

Première apparition du TDAH sur le DSM

En 1968, le terme « trouble déficitaire de l’attention » apparaît dans le Manuel statistique de diagnostic (DSM) en réaction à l’hyperkinésie dans l’enfance. Le trouble a été inclus grâce à Leon EisenbergLe premier est le médecin américain spécialisé en psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent, qui a convaincu la communauté scientifique et le monde entier de l’origine génétique des symptômes décrits.

Des années plus tard, en 2009, il réfutera cette affirmation dans une interview de l’hebdomadaire allemand Des Spiegel. Il a souligné un surdiagnostic de la maladie étant donné le nombre élevé de cas détectés.

Changements dans le désordre

Dès les années 1980, le terme a été répertorié dans le DSMII comme Trouble de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité. Ce n’est qu’au milieu des années 1990 qu’il a été classé dans les trois sous-types actuels : combiné, inattentif et hyperactif-impulsif.

Au cours de près d’un siècle d’évolution, le concept de TDAH a subi de multiples changements et pas toujours dans la même direction. Le symptôme de l’hyperactivité n’a pas toujours été liée au trouble pour le déficit d’attention.

C’est exactement ce que fait le TDAH, un concept qui couvre différentes maladies psychiatriques chez les enfants, les adolescents et les adultes qui requièrent l’expertise de l’enquêteur pour un diagnostic correct.

Preuve scientifique de l’existence du TDAH

Le professeur Marino Pérez Álvarez est spécialiste en psychopathologie et en techniques d’intervention à l’université d’Oviedo et co-auteur de Retour à la normale : l’invention du TDAH et du trouble bipolaire de l’enfance

Dans un livre plus qu’intéressant, plein de références et de preuves scientifiques dMonter le désordre pour le déficit d’attention. L’une de ces preuves est le l’absence de biomarqueur cérébral pour prouver l’existence de la maladie.

L’auteur souligne ce qu’Eisenberg lui-même, l’inventeur du TDAH, a reconnu dans cette interview peu avant sa mort : le problème actuel de la pathologisation et de l’hyper-diagnostic du comportement des enfants. D’après son livre, l’ensemble des symptômes que le TDAH détecte répond davantage à un problème de comportement qu’à un tableau clinique.

En outre, Mariano Perez ne diminue pas le fait que Les entreprises pharmaceutiques ont créé une activité très lucrative autour des besoins des familles touchées. Rien qu’en 2017, le principal pharmacien des médicaments contre le TDAH a estimé un chiffre d’affaires d’environ 1,2 milliard de dollars.

Alors, le TDAH est-il une réalité ?

Il est impossible de répondre à cette question. Je pense que, en tant que parents, nous devrions au moins nous interroger sur son existence étant donné sa forte incidence dans la population enfantine. Actuellement, en Espagne, on estime que 5 enfants sur 100 en souffrent, et ce nombre est en augmentation.Trouble déficitaire de l'attention, fait ou fiction ?

La Fédération espagnole des associations d’aide au déficit de l’attention et à l’hyperactivité, FEAADAH, soutient que est un trouble d’origine neurologique, causée par le déséquilibre de deux neurotransmetteurs : la noradrénaline et la dopamine. Les deux affecteraient directement les zones du cerveau responsables de la maîtrise de soi et de l’inhibition des comportements inappropriés.

La communauté scientifique a peut-être besoin de plus de temps pour prouver qu’il s’agit d’un fait et non d’une fiction. Peut-être que les temps sont durs pour la patience. Nos rythmes de vie sont stressants et les difficultés à concilier vie professionnelle et vie personnelle augmentent.

Tout cela signifie que le temps que nous pouvons passer avec nos enfants est de moins en moins important. Mais n’hésitez pas à vous adresser à un bon professionnel si vous le souhaitez.Si vous pensez que votre enfant peut avoir un problème quelconque.

Vous pourriez également aimer...