Santé

Pensées intrusives chez les enfants

Nous, les adultes, sommes conscients que, dans une plus ou moins large mesure, nous avons tous parfois des pensées désagréables ou ennuyeuses. Cependant, l’existence de telles pensées intrusives chez les enfants n’a pas été autant étudiée. Vont-ils les vivre de la même manière que les adultes ? Si vous voulez savoir, lisez ce qui suit.

Les pensées intrusives sont des idées ou des images indésirables qui apparaissent involontairement dans notre esprit. Ils peuvent être désagréables, voire dérangeants, mais ils constituent un phénomène partagé par tous les êtres humains. En général, nous ne leur accordons pas plus d’importance qu’à toute autre idée et nous continuons notre vie.

Le problème se pose lorsque ces pensées quotidiennes ont tendance à être constantes et répétitives. Lorsque, malgré les efforts déployés pour réorienter notre attention, il est difficile de s’en débarrasser. C’est là que se situent les obsessions des troubles obsessionnels compulsifs et il devient nécessaire de recourir à une aide professionnelle.

Pensées intrusives chez les enfants

Pour déterminer la présence ou l’absence de ce type de pensée chez les plus jeunes enfants, une étude a été menée. Dans ce document a évalué la tendance des enfants à faire l’expérience de pensées intrusives à partir de quatre catégories :

  1. Agressivité-sexe-accumulation. Elle s’intéresse aux pensées liées au fait de se faire du mal et de faire du mal aux autres. Egalement sur les idées de contenu sexuel ou sur la nécessité de conserver les choses même si elles ne sont plus utilisées ou nécessaires.
  2. Pollution-doute. Il évalue les pensées irrationnelles sur le fait d’être sale ou contaminé en touchant certains objets. Il explore également les idées de culpabilité et de peur que de mauvaises choses arrivent à des objets ou à des proches.
  3. Superstition-répétition. Il reprend la peur du malheur si je ne fais pas ou n’arrête pas de faire quelque chose de précis. De même, la tendance incontrôlable à la répétition agit un certain nombre de fois.
  4. Vérification de la commande. Il explore les idées obsessionnelles sur l’ordre, la propreté et la nécessité de vérifier et de s’assurer que tout va bien.

Résultats de l’étude

Après avoir analysé les résultats, de précieuses conclusions ont été tirées. Tout d’abord, plus de 90% des enfants ont déclaré avoir des pensées intrusivesen particulier ceux liés à la pollution et aux doutes. Le facteur auquel les mineurs ont le moins pensé est l’accumulation d’agressions sexuelles.

Comme prévu, étant une population d’enfants en bonne santé, la fréquence de ces idées désagréables était faible. Cependant, il a été observé qu’une petite partie d’entre eux avait une fréquence de pensée inhabituellement élevée. Cela pourrait indiquer un trouble obsessionnel-compulsif à apparition précoce.

Certains faits curieux révélés par l’étude sont, d’une part, que il n’y avait aucune différence entre les pensées les plus courantes des garçons et des filles. Contrairement aux adultes, les hommes ont plus souvent des pensées de facteur un.

D’autre part, il était évident que A 13 ans, le nombre de pensées intrusives chez les enfants augmente de façon exponentielle. C’est certainement parce que c’est au début de la préadolescence que les jeunes commencent à prendre conscience d’eux-mêmes et à se préoccuper de leur identité. Il est donc logique qu’à ces moments-là, leurs doutes sur leur propre comportement et leurs pensées augmentent.Une femme avec une obsession pour la propreté.

Comment gérer les pensées intrusives chez les enfants ?

Nous avons tous des pensées intrusives ou désagréables par moments et rien ne se passe. D’autre part, certaines idées restent bloquées dans nos esprits parce que nous leur accordons trop d’importance. Il est nécessaire d’aider les enfants à comprendre la différence entre la pensée et l’action. Avoir une pensée ne fait pas de vous une mauvaise personne et ne signifie pas que vous allez le faire, c’est simplement une idée.

Pour le rendre plus compréhensible, nous pouvons utiliser une métaphore. Notre esprit est une télévision et les pensées sont les programmes qu’ils mettent sur les différentes chaînes. Ces pensées circulent comme des canaux lorsque nous faisons zapping. Lorsqu’un programme que nous n’aimons pas apparaît à la télévision, nous changeons simplement de chaîne et continuons notre vie. Ce n’est qu’un spectacle de plus.

D’autre part, nous devons leur apprendre à tolérer la détresse causée par cette pensée sans chercher à l’éviter en cherchant à rassurer les parents. Aller les voir en leur confessant cette pensée pour qu’ils affirment constamment que rien ne se passe ne fait qu’aggraver le problème. Vous devez apprendre à tolérer l’anxiété jusqu’à ce que vous réalisiez que la pensée suit simplement son cours.

Vous pourriez également aimer...