Santé

Moulage et enchaînement pour enseigner les compétences

En tant que parents, nous avons la responsabilité d’aider nos enfants à acquérir de nouvelles compétences. Nous sommes leurs mentors dans la vie et il est entre nos mains de leur faciliter l’apprentissage de la parole, de la marche, du brossage des dents ou de l’habillement. Le moulage et le chaînage sont deux techniques très simples et efficaces pour atteindre cet objectif.

Les deux sont des techniques d’exploitation basées sur le renforcementLes compétences et les comportements des enfants peuvent être développés de différentes manières, ce qui les aide à maîtriser progressivement une compétence ou un comportement. En raison de leur facilité d’application, ils peuvent être utilisés à domicile lorsqu’aucune intervention professionnelle n’est requise.

Moulage et liaison : deux techniques d’exploitation

Le moulage et l’enchaînement s’inscrivent tous deux dans l’approche opérationnelle de la modification du comportement. Il est fondé sur le principe selon lequel nos actions sont influencées par les conséquences qui les suivent.Ainsi, si un comportement est récompensé (ou renforcé), sa fréquence augmentera naturellement. De même, s’il est puni ou ignoré, il réduira son apparence.

Sur cette base, les deux techniques utilisent le renforcement et l’extinction pour modeler le comportement des enfants de manière positive. Ils peuvent être utilisés pour introduire de nouveaux comportements ou pour modifier des comportements existants. Cependant, le moulage et le cordage ont des spécifications différentes qui doivent être prises en compte.

Moulage

Le moulage est utilisé pour établir progressivement des comportements simples et unitaires. Par exemple, pour apprendre à l’enfant à prononcer un mot ou à couper avec des ciseaux. Cela se fait par la méthode des approches successives, qui consiste à renforcer les comportements qui sont de plus en plus semblables à l’acte final.

Il est donc nécessaire, tout d’abord, de définir l’objectif, par exemple, que le nourrisson apprenne à prononcer le mot « poupée ». Suivant, nous devons connaître la base de départ, c’est-à-dire un comportement qui existe déjà dans le répertoire des petits et à partir duquel nous pouvons travailler. Dans ce cas, il se peut que l’enfant dise « écho » chaque fois qu’il demande sa poupée.

A partir de là, nous devrons renforcer les prononciations qui se rapprochent de plus en plus de l’objectif final. Ainsi, au début, il sera commode de renforcer « l’écho », afin que l’enfant se sente motivé pour continuer à demander sa poupée avec des mots. Cependant, plus tard, la demande doit augmenter, nous cesserons donc de renforcer l' »écho » et nous essaierons d’amener l’enfant à le prononcer d’une manière plus similaire.

Si, par exemple, nous pouvons lui faire dire « nuneco », ce sera la nouvelle approche pour récompenseret nous cesserons de renforcer l' »écho » de l’étape précédente. Ainsi, par notre attention et notre flatterie, nous conduirons l’enfant à une prononciation plus précise jusqu’à ce que le mot soit complet.Les enfants ramassent leurs jouets en utilisant les techniques de mise en forme et d'enchaînement.

Chaînage

L’enchaînement est utilisé pour relier des comportements simples afin de former une séquence. C’est ce que nous voulons obtenir, par exemple, lorsque nous voulons que l’enfant apprenne à se brosser les dents. Pour le faire correctement, il faut une série d’actions, l’une après l’autre.

Dans l’enchaînement avant, l’enfant apprend la première étape du processus, par exemple, à mettre le dentifrice sur la brosse, et cette action est récompenséeavec l’adulte qui exécute le reste de la séquence. Des étapes sont ajoutées progressivement, comme le frottement des dents supérieures, des dents inférieures, des molaires, le rinçage…, et seule la dernière extension de la séquence est renforcée. Si l’enfant a déjà acquis les gestes pour se frotter les dents, il ne servirait à rien de renforcer le simple fait qu’il met la pâte sur la brosse.

Une autre variante de cette technique est la liaison à rebours, dans laquelle la séquence est acquise à la fin et les étapes précédentes sont ajoutées. Par exemple, si nous voulons que l’enfant récupère la chambre après avoir joué, nous pouvons ranger tous ses jouets sauf un. Nous le laisserons garder le dernier et récompenserons sa conduite.

Le lendemain, l’enfant rangera deux jouets, le lendemain trois, comme ceci, jusqu’à ce qu’il installe lui-même la pièce. L’avantage de cette option est que l’enfant commence à apprendre à partir d’étapes plus proches de l’achèvement, c’est-à-dire de la réussite. Cela peut renforcer votre motivation dès le premier jour.

En bref, il s’agit de deux techniques simples et faciles à appliquer chez soi. Ils constituent une alternative très favorable pour aider l’enfant à acquérir de nouvelles compétences grâce à une approche positive et renforçante.

Vous pourriez également aimer...