Santé

Le pouvoir de l’héritage maternel

Il est un fait que nous, les enfants, nous ressemblons tous à nos mèresplus, si possible, que nos parents. Certains d’entre nous en sont même une copie presque exacte. Et pas seulement en termes de traits physiques, mais aussi de caractère. Y a-t-il une base génétique qui justifie ce fort héritage maternel ?

D’où vient l’héritage maternel ?

À l’intérieur de nos cellules, dans leur noyau, se trouve le matériel génétique, qui est organisé en 23 paires de chromosomes. L’immense bibliothèque de gènes qui les composent fait de nous ce que nous étions, sommes et serons. Ils contiennent les informations nécessaires à la formation d’un organisme et au contrôle de son développement.

Cependant, il existe un autre organite à l’intérieur de la cellule qui, bien qu’il ne puisse pas rivaliser en importance avec le noyau, détient également une certaine quantité d’informations génétiques ; il s’agit des mitochondries. L’une de leurs principales fonctions est de produire de l’énergie dans la cellule, mais qu’est-ce qui rend l’ADN mitochondrial si intéressant ?

Pendant le processus de fécondation, lorsque les spermatozoïdes, dans une course frénétique pour atteindre le premier, parviennent à l’ovule, ils parviennent à introduire leur tête à l’intérieur de l’ovule, qui contient un pronucléus de 23 chromosomes. Les mitochondries, responsables de sa motilité, seront laissées de côté, donc ce nouvel être aura 46 chromosomes, 23 de chaque parent, et les mitochondries de sa mère.

« L’ovule a environ 200 000 mitochondries, alors que les spermatozoïdes n’en ont que quelques-unes, et celles qui entrent dans l’ovule sont généralement détruites. Par conséquent, les mitochondries et leur ADN sont exclusivement hérités de la mère ».

-Douglas Wallace (généticien)

Lignées génétiques matriarcales

Si nous nous promenons dans le labyrinthe de l’évolution humaine à travers notre ADN maternel, nous constaterons que, bien que dans notre patrimoine génétique, il y a une hybridation marquée Même chez les espèces hominidées ancestrales comme les Néandertaliens ou les Denisoviens, il y a une constante en chacun de nous qui reste presque inchangée dans le temps : la lignée génétique maternelle.

La présence de ce matériel génétique d’origine exclusivement maternelle nous permet de faire un arbre généalogique de plusieurs millénaires de générations au-delà des études anatomiques. Il semble possible qu’en nous-mêmes, nous soyons une espèce matriarcaleL’ADN mitochondrial ne détermine pas seulement notre origine, mais contrôle également certaines activités de l’ADN nucléaire.

Cette lignée maternelle permet de rechercher des parents à travers ce monde et cette histoire. La présence de certains Les gènes mitochondriaux appelés « groupes halo » indiquent de quelle tribu nous venons dans l’histoire et si des personnes ayant des antécédents similaires sont apparentées. Ainsi, en élaborant une lignée matriarcale, nous pourrions remonter à nos origines en Afrique, à la « veille mitochondriale ».

Source : www.eupedia.com

Il est surprenant de voir à quel point les frontières géographiques actuelles sont éloignées des frontières génétiques. L’histoire du monde, ses guerres, ses invasions, ses échanges culturels et même l’isolement de certaines tribus ne pouvait être compté qu’à travers leur héritage maternel. Par ce que nous pourrions appeler notre « empreinte génétique ».

Qu’est-ce qui est imprimé sur notre empreinte génétique ?

Tout comme l’ADN mitochondrial, il ressemble à une « balance » capable de trouver les os dans la prison d’un criminel grâce à un test génétique de parenté, tdétermine également à quel point nous sommes semblables à nos mères, pour le meilleur ou pour le pire.

Une étude récente de l’Université Monash en Australie et de l’Université de Lancaster en Angleterre montre qu’il existe un relation entre la longévité et l’ADN mitochondrial. Curieusement, cette mutation, qui raccourcit notre vie, touche surtout les hommes.

« Il est fascinant de constater que ces mêmes mutations n’ont aucun effet sur les schémas de vieillissement des femmes.

-Dr. Damian Dowling. –

Plusieurs maladies telles que la maladie de Parkinson ou d’Alzheimer sont liées à des mutations du matériel génétique mitochondrial et, En raison de cette origine maternelle, il est difficile de les éliminer de la lignée germinale.Le patrimoine génétique maternel.

Conclusions sur l’héritage maternel

Tout cela ne signifie peut-être rien ou est la cause de notre rapprochement avec nos mères et nos grands-mères, de il existe un lien inestimable responsable de nos goûts, de nos passions communesNous n’avons pas peur d’être dans le noir, même si nous sommes à des kilomètres les uns des autres, même si tout ce que nous partageons est caché dans nos mitochondries.

« Celui qui ne croit pas à l’existence d’un sixième sens n’a manifestement pas considéré sa propre mère. Comment se fait-il qu’ils sachent tout ce qu’ils savent sur vous, même ces secrets que vous avez enfermés si étroitement dans les compartiments de votre cœur. Cela reste l’un des grands mystères du monde.

-Narissa Doumani-

Vous pourriez également aimer...