Santé

3 expériences intéressantes sur les enfants

Tout au long de l’histoire, de nombreuses expériences ont été menées sur les enfants afin de mieux comprendre leurs processus cognitifs et les comportements qui en découlent. Nous vivons dans un monde dominé par des adultes qui rattrapent rarement les enfants en essayant de comprendre comment leur esprit fonctionne. Cette recherche nous aide à découvrir à quoi ressemble le monde vu des yeux d’un enfant.

Les sujets étudiés ont été multiples et variés, mais dans cet article, nous nous concentrerons sur trois des plus pertinents. Ses résultats, en plus de nous surprendre, nous fourniront des directives très utiles pour l’élevage.

1. L’étrange situation

Cette expérience a été conçue pour évaluer le lien d’attachement entre les bébés et leur principal soignant (la mère). Un type de lien différent est établi en fonction de la capacité de l’enfant à répondre adéquatement à ses besoins.

L’étude a porté sur 100 familles avec des enfants âgés de 12 à 18 mois. La procédure a consisté à introduire l’enfant et la mère dans une pièce et, à travers un miroir sans tain, observer les réactions de l’enfant Sa réaction a été notée lorsque la mère est partie et est revenue dans la chambre, ainsi qu’en présence d’un étranger.

A partir du comportement du bébé, on peut déterminer quel type d’attachement a été établi avec la mère :

  • Attache sécurisée. Ces enfants sont calmes et confiants pour explorer leur environnement. Quand la mère part, ils réagissent avec angoisse et, quand elle revient, ils montrent de l’enthousiasme. Ce type d’attachement est typique des mères qui sont capables de se connecter avec leur bébé et de répondre correctement à ses demandes.
  • Éviter l’attachement. Ces bébés réagissent peu à la séparation de leur mère et, lorsqu’ils se retrouvent, ont tendance à l’éviter. Il s’agit d’un comportement d’attachement dans lequel la mère ignore souvent les besoins du bébé et ne prend pas ses appels.
  • Attachement ambivalent. Ces bébés sont en détresse tout au long de la procédure et son malaise augmente exponentiellement lorsque la mère s’en va. Lorsqu’elle revient, ils sont à la fois soulagés et en colèreils s’approchent désespérément de la mère tout en la rejetant. Dans ce style de lien, les mères sont parfois sollicitantes et aimantes avec leur bébé, et d’autres fois hostiles et désintéressées.

2. Expériences sur les enfants : le test de la guimauve

L’objectif de cette expérience était d’évaluer la capacité des enfants entre 3 et 6 ans à différer la gratification. À cette fin, l’enfant a été introduit dans une pièce et on lui a montré un bonbon. On lui a expliqué que s’il pouvait attendre 15 minutes sans la manger, il serait récompensé par deux sucreries au lieu d’une.

Les stratégies des enfants pour résister à la tentation étaient extrêmement variées, mais au final, seuls 30 % d’entre eux ont atteint l’objectif. Les résultats l’ont montré, Au fil des ans, les enfants qui avaient réussi à retarder la satisfaction de leurs besoins étaient des adultes plus compétentsIl en résulte une plus grande activité, de meilleurs résultats scolaires, une plus grande activité physique et moins de risques de développer des dépendances.

3. L’expérience de Sally et Anne

Dans ce test était de découvrir à quel âge les enfants développent une théorie de l’esprit. Il s’agit de la capacité à déduire l’état d’esprit d’une personne et à prédire son comportement sur cette base.Des enfants jouent dehors avec de l'eau et participent à une expérience.

Pour l’expérience, les enfants ont regardé une histoire représentée par deux poupées : Sally a un panier et Anne a une boîte. Sally met une bille dans son panier et quitte la pièce. Ensuite, Anne le sort du panier et le met dans sa boîte. Sally retourne dans la pièce, où pensez-vous qu’elle va chercher son marbre.

Jusqu’à l’âge de quatre ans, les enfants ont dit qu’ils le chercheraient dans la boîte. Ils croyaient que ce qu’ils savaient était ce que tout le monde savait ; ils étaient incapables de déduire l’état mental de Sally. Cette preuve l’a montré, Jusqu’à l’âge d’environ quatre ans, nous n’avons pas la capacité d’interpréter que les autres ont des états mentaux et des croyances différents des nôtres.

Ces expériences sur les enfants nous montrent que leur façon de voir le monde n’est pas la même que celle d’un adulte. Pour cette raison, nous devons essayer d’abandonner l’âge adulte et de le rattraper. Les comprendre nous aidera à les élever avec plus d’amour et de respect.

Vous pourriez également aimer...